Douleurs herniaires

Troubles et symptômes

Une hernie peut se manifester de diverses façons. Il est souvent question de douleurs dorsales (basses) et d’une douleur pénible qui s’étend vers la jambe, allant parfois même jusqu’au pied. Dans les cas graves, des troubles sensitifs et des symptômes de paralysie peuvent même apparaître. Au fil du temps, la douleur peut devenir chronique.

Cause

Les hernies apparaissent généralement dans le bas du dos, entre les vertèbres lombaires. Le centre de gravité du corps se situe près de la cinquième vertèbre lombaire (L5) ; un disque intervertébral peut alors se fissurer ou sortir de son enveloppe.

La hernie peut ensuite coincer un nerf, qui émet des signaux de douleur en conséquence. En raison de la pression permanente, le nerf gonfle et est encore plus coincé, ce qui intensifie la douleur. Le nerf se remplit de cellules inflammatoires, ce qui entraîne un cercle vicieux. La douleur s’intensifie de plus en plus et peut même devenir chronique.

La pression de la hernie peut aussi irriter et causer l’inflammation du nerf de la jambe, ce qui provoque une douleur aigüe dans la jambe. Ce nerf est coincé dans le dos, mais, comme il se poursuit vers la jambe et le pied, c’est de là que sont transmis les signaux de douleur. De ce fait, la douleur semble provenir de la jambe ou du pied et est souvent plus intense que le mal de dos.

Les nerfs se composent de deux parties ; une partie est responsable de la sensibilité (nerf sensitif) et l’autre de la contraction musculaire (nerf moteur). Les troubles sensitifs et les symptômes de paralysie proviennent de la pression sur ces différentes parties.

Diagnostic

Le médecin peut généralement définir à partir des maux et d’un examen physique s’il s’agit d’une hernie. Le médecin effectue quelques examens neurologiques spécifiques, comme le test de Lasègue et le test des orteils et talons, puis il teste quelques réflexes. Outre le célèbre réflexe patellaire, il y a de multiples réflexes sur lesquels une hernie peut avoir un effet négatif. Normalement, la jambe s’étend si le médecin donne un petit coup de marteau sur le tendon du genou. Un nerf coincé dans le bas du dos peut perturber ce réflexe.

 

Quelquefois, une radiographie montre qu’un disque intervertébral est vraisemblablement fissuré ; d’autres causes peuvent aussi être déterminées de cette façon. Une radiographie ou un scanner n’a généralement pas beaucoup d’intérêt. Il s’avère que des anomalies du dos sont décelables chez beaucoup de personnes, mais que la plupart d’entre elles n’en souffrent pas. L’inverse se produit d’ailleurs également. Certaines personnes souffrent terriblement du dos, mais aucune anomalie n’est visible sur une radiographie ou un scanner.

Un scanner IRM offre le plus de chances de diagnostiquer une hernie, car il permet également de voir le nerf coincé. Tous ces examens ne sont intéressants que si le neurochirurgien pense qu’il convient d’opérer. Sinon, c’est du pur gaspillage.

Traitement

Une hernie peut s’opérer, mais c’est une opération assez importante. Quelquefois, le problème se résout de lui-même. Dans la plupart des cas, le PEA contribue à soulager la douleur.

Dans différentes études cliniques, presque 1 000 patients souffrant d’une hernie ont été traités au PEA. Les douleurs herniaires ont diminué à chaque fois de façon significative avec le PEA, sans l’apparition des effets secondaires problématiques souvent liés aux autres analgésiques.

Généralement, les personnes qui utilisent le PEA remarquent déjà au cours des premières semaines que les douleurs sont moins aigües ou moins intenses. Si les douleurs ont très nettement diminué, il est important de ne pas stopper immédiatement le PEA.

Le PEA assure en effet un nouvel équilibre aux nerfs et l’arrêt subit peut entraîner le retour des douleurs. Il est préférable de diminuer progressivement le dosage et de prendre quelques jours une plus faible dose (par exemple 800 mg de PEA puis 400 mg de PEA par jour), avant d’arrêter le traitement.

Le PEA étant un produit 100 % naturel, il est conseillé – pour obtenir des résultats optimaux – de l’utiliser au moins pendant deux mois. Si vous avez l’impression qu’au bout d’un mois, le PEA n’agit pas encore de façon optimale, vous pouvez éventuellement doubler la dose. L’utilisation du PEA pendant deux mois est une période d’évaluation réaliste. Au bout de ces deux mois, vous pouvez déterminer les étapes suivantes. Certains patients peuvent en effet réagir plus lentement, car l’effet du PEA a lieu par les mécanismes naturels de l’organisme.

Les deux produits à base de PEA les plus connus sur le marché sont PeaPure, fabriqué par JP Russell Science Ltd, un complément pouvant être commandé partout dans le monde et comprimés PEA , fabriqué par Epitech Group S.r.l., une préparation italienne entre autres disponible en Italie et en Espagne, chez les pharmaciens.

 

Hernie : mal au dos et/ou à la jambe, que faire ?

Une hernie signifie « rupture » ou saillie. Dans ce cas, un disque intervertébral sort de l’espace normal du disque intervertébral, généralement dans le bas du dos. Une hernie discale est aussi appelée « Hernia Nuclei Pulposie » (HNP, hernie du noyau pulpeux). Toutefois, des hernies peuvent apparaître à d’autres endroits du corps, comme dans le canal inguinal. Il s’agit alors d’une hernie inguinale, que nous n’évoquerons pas plus amplement ici.

En cas de hernie discale, une partie du disque intervertébral comprime une racine nerveuse, ce qui provoque des douleurs, comme une douleur rayonnante dans le bas du dos, par les fesses jusqu’à la jambe et s’étendant parfois même au pied ou à l’orteil. La peau peut être différente au toucher (insensible ou justement irritée). Cela s’accompagne parfois d’une perte de force dans certains muscles, ce qui empêche par exemple de bien bouger une cheville ou un orteil. L’on parle aussi de « douleurs radiculaires » (« radix » = racine) ou de syndrome radiculaire. S’il ne s’agit pas d’une hernie évidente, mais que le patient souffre de douleurs lombaires et d’un rayonnement de la douleur, il est question de douleurs pseudo-radiculaires.

Une hernie ne s’accompagne pas toujours de douleurs dorsales, mais elle provoque pratiquement toujours des douleurs dans la jambe. La douleur dans la jambe s’intensifie souvent en cas de toux, éternuement, poussée (aux toilettes), soulèvement de charges lourdes ou certains mouvements. Les douleurs dépendent donc du mouvement et de la posture.

La plupart des hernies se produisent au niveau des vertèbres inférieures, dans le creux du dos. Il s’agit des vertèbres lombaires ; aussi une hernie dans cette zone du dos est-elle souvent nommée hernie lombaire.

Il existe plusieurs types de hernies. Ainsi, une racine nerveuse peut aussi être coincée dans la nuque ; l’on parle alors de hernie cervicale ou hernie du cou. La douleur rayonne alors jusqu’au bras. Une sensation de picotement ou au contraire un engourdissement peuvent se ressentir sur la peau du bras, et quelquefois, l’on constate une perte de force dans le bras ou la main. Généralement, la douleur ne se ressent pas dans la nuque même.

Une hernie peut également survenir au niveau d’une des vertèbres thoraciques. Ce sont les vertèbres qui servent de support aux côtes. Toutefois, une hernie discale thoracique est rare. L’on parle aussi de hernie thoracique. Dans ce cas, le trouble le plus fréquent est la perte de force et de sensibilité dans les jambes.

En général, une hernie n’est pas dangereuse. En cas de symptômes de paralysie ou de perte de contrôle de la vessie ou des intestins, il convient de faire appel aux services médicaux le plus vite possible.

Une hernie ne s’accompagne pas toujours de troubles. Il s’avère que certaines personnes ont une hernie sans le savoir.

Copyright © 2017 – Compléments alimentaires purs et les nutraceutiques.